La morsure : une question de survie ?

12 04 2011


Après la cruelle mais ô combien apprenante histoire de la grenouille (racontée ici), voici celle des souris, à ne pas davantage reproduire à la maison !

Prenez quelques souris et parquez-les dans un endroit clos.
Et systématiquement, donnez-leur à manger dans le même coin.

Très rapidement, les souris comprennent et viennent d’elles-mêmes pour recevoir à manger lorsqu’elles ont faim. Au bout de quelques jours, à chaque fois que l’une d’elles vient manger dans ce coin, elle reçoit à manger mais également… une décharge électrique !
Cependant les souris n’ont pas le choix : si elles veulent manger, alors elles recevront une décharge.

Face à cette situation, on observe deux types de réactions :
– il y a les souris qui – ayant pris la décharge – vont s’isoler dans leur coin, à l’écart de leurs congénères
– et il y a celles que cela rend tellement furieuses qu’elles vont mordre la première souris qu’elles croisent. Juste comme ça, pour se défouler !

On a ensuite comparé les taux de mortalité des 2 catégories de souris, et ils étaient très différents…A votre avis, lesquelles mourraient le plus vite ?
Les souris qui se recroquevillaient sur elles-mêmes bien sûr !
Pourquoi ?
Parce qu’elles n’avaient pas trouvé d’exutoire aux ressentis négatifs générés par la décharge électrique (parfaitement injuste) et qu’ayant gardé ces émotions toxiques en elles, cela les avait rongées de l’intérieur…

Que nous enseigne cette histoire ?
Que sans issue pour exprimer leur hostilité, les individus dépérissent !
Nous avons tous, à un moment ou à un autre, besoin de mordre : c’est une question de survie.

Un exemple ?
Depuis que vous vous êtes levé(e) ce matin, rien ne va : pour commencer, le réveil n’a pas sonné, puis en vous dépêchant, vous vous êtes renversé(e) le café sur la chemise…
Obligé(e) de vous changer, vous voici à présent en retard ; vous vous dépêchez donc et arrivez dégoulinant(e) de sueur au bureau, quelques minutes à peine avant une réunion très importante.
Et c’est précisément le moment que choisit votre imprimante pour faire un bourrage papier et avaler la synthèse indispensable à votre réunion.
Un de vos collègues passe alors la tête par la porte pour vous poser une question… et sur un ton laissant peu de doute sur votre état d’énervement, vous lui répondez : « Oh ! C’est vraiment pas le moment ! »

Ça y est : vous avez mordu !

A présent que c’est fait, réfléchissons un peu (chose qu’il est quasi impossible de faire sous l’effet de la colère justement) : ce collègue est-il responsable du café, du réveil, de l’imprimante ?
Non bien sûr ! Mais vous avez eu besoin d’exprimer votre trop plein d’agressivité et donc, vous l’avez mordu…
S’il se montre compatissant, par exemple en (se) disant qu’il reviendra plus tard, que risquez-vous de faire au cours de la journée ? Aller le trouver et vous excuser en lui expliquant que le café ci, que l’imprimante ça, etc.
Si à présent il le prend personnellement et renchérit en vous disant par exemple : « Et attends là ! T’as vu comment tu me parles ? Non mais tu te prends pour qui ?!!! ».
Que risque-t-il d’arriver ??? Ceci !
Le piège à ours

La morale de l’histoire ?
– Nous avons TOUS besoin de mordre, à un moment ou à un autre : c’est une question de survie !
– Car sans issue pour exprimer leur hostilité, les individus (tout comme les souris) dépérissent
– Alors sachons reconnaître lorsque nous mordons
– Sachons aussi nous montrer compatissants lorsque nous sommes mordus, n’en faisons pas une histoire personnelle et attendons que ça passe.
– Car si nous renchérissons, nous risquons le conflit.

A ceci quelques restrictions tout de même :
– La morsure est un acte léger et verbal
– Le mordeur ne vous en veut pas personnellement ; simplement vous étiez là au mauvais endroit, au mauvais moment, et c’est vous qui avez pris.
– Nous avons tous un seuil de tolérance (et donc de déclenchement de la morsure) différent
– Si vous vous faites toujours mordre par la même personne, ou tous les matins, ça n’est plus une morsure !

En attendant…
– Lorsqu’un client fait une réclamation ou est furieux contre votre entreprise, il a besoin de mordre, il faut que ça sorte, alors ne le prenez pas pour vous et attendez que ça passe
– Idem avec un collaborateur, d’autant que le manager cristallise bien souvent les ressentis négatifs de l’équipe.
– La morsure ne trouble pas toujours le fonctionnement des rapports au sein du groupe ; elle est même parfois nécessaire au maintien de ces rapports. Car sans possibilité de libérer, d’exprimer leurs sentiments négatifs, les membres du groupe peuvent se sentir écrasés, se mettre en retrait et se désengager.
– A ce titre, une équipe (un couple, une famille…) qui ne connaîtrait jamais de morsure / conflit serait tout autant dysfonctionnelle qu’une équipe qui en connaîtrait trop.

Alors… la morsure, pensez-y !
Et rendez-vous le mois prochain !

Publicités

Actions

Information

3 responses

16 04 2011
Stéphane Einhorn

Accord Toltèque n°2 : « Ne le prenez pas personnellement »
Quand quelqu’un parle ou agit, cela parle d’abord et avant tout de lui…
La question est alors : « Qu’est-ce que ça dit de lui et surtout de son besoin ? »

18 04 2011
Florence

et également « qu’est-ce qu’il n’aime pas chez lui et me reproche donc… à moi ? »
Merci de votre remarque : je n’ai pas encore lu les 4 accords toltèques et vais y remédier dès à présent !

14 09 2011
Eric Tiertant

Bonjour,

Un conseil : Le film « Mon oncle d’Amérique » d’Alain Resnais est une parfaite illustration des théories d’Henri Laborit et de son éloge de la fuite. A enseigner dans toutes les écoles de management mais malheureusement concept particulièrement sulfureux…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s