Bonne et belle année 2012 à tous !!!

2 01 2012

Merci de cette année 2011, riche de belles rencontres, d’échanges et de projets partagés !

Je fais le vœu que 2012 le soit tout autant et même davantage encore, pour et avec vous.
Une année entière pour réaliser vos souhaits les plus chers mais aussi les plus fous !

Car faire ce que l’on veut et vouloir ce que l’on fait, c’est un peu ça, le bonheur. Non ?!
Avec mes pensées amies
Florence

Publicité




Bonne et belle année 2012 à tous !!!

1 01 2012

Merci de cette année 2011, riche de belles rencontres, d’échanges et de projets partagés !

Je fais le vœu que 2012 le soit tout autant et même davantage encore, pour et avec vous.
Une année entière pour réaliser vos souhaits les plus chers mais aussi les plus fous !

Car faire ce que l’on veut et vouloir ce que l’on fait, c’est un peu ça, le bonheur. Non ?!
Avec mes pensées amies
Florence





La morsure : une question de survie ?

12 04 2011


Après la cruelle mais ô combien apprenante histoire de la grenouille (racontée ici), voici celle des souris, à ne pas davantage reproduire à la maison !

Prenez quelques souris et parquez-les dans un endroit clos.
Et systématiquement, donnez-leur à manger dans le même coin.

Très rapidement, les souris comprennent et viennent d’elles-mêmes pour recevoir à manger lorsqu’elles ont faim. Au bout de quelques jours, à chaque fois que l’une d’elles vient manger dans ce coin, elle reçoit à manger mais également… une décharge électrique !
Cependant les souris n’ont pas le choix : si elles veulent manger, alors elles recevront une décharge.

Face à cette situation, on observe deux types de réactions : Lire le reste de cette entrée »





La minute de silence : une arme d’influence massive !

2 02 2011


Un peu d’Histoire !

(d’après le livre de Françoise GIR0UD « Si je mens », éd. Stock, 1972)

En 1939, Chamberlain est Premier Ministre de la Grande-Bretagne lorsque la guerre éclate.

Réalisant qu’il n’a pas l’étoffe d’un chef de guerre, il décide de nommer lui-même son successeur.

Son choix se porte sur un certain Lord Halifax, au détriment d’un autre Lord : Winston Churchill.
Il convoque alors Churchill pour lui annoncer sa décision et obtenir de lui qu’il accepte de faire partie du cabinet d’Halifax en tant que numéro 2.
Il lui demande aussi de confirmer son accord le lendemain devant Halifax, lors d’un entretien à 3.
Churchill, par sens du devoir, par patriotisme, donne sa parole…

Un homme de presse influent de l’époque, Lord Beaverbrook, apprend l’affaire. Catastrophé, il va trouver Churchill et lui dit Lire le reste de cette entrée »